Investigations et harcèlements

PLAINTE DU MAIRE,   E N C O R E  ?

Une borne en plastique égratignée, ça vous ennui le propriétaire. A ce méfait ajoutez une ficelle servant de limite territoriale arrachée, ça vous rend le propriétaire furibond, il crie VENGEANCE.

Dites, heureusement que nous ne sommes pas en Corse.

Il a alors, une idée lumineuse: téléphoner à la gendarmerie. Voilà. Exiger l’ouverture d’une enquête en bonne et due forme. Cré bon dieu, il va les faire arrêter ces chenapans, racaille rurale, petits merdeux qui ne votent pas FN!

Dites, ça fait combien de fois qu’il appelle la police notre Bertola-Thevenon depuis qu’il est maire?

Y’a eu les élections. Y’a eu la beuh. Y’a eu le Blog. Y’a eu les caravaniers. Et tant d’autres suspects… je n’ai pas assez d’encre pour les dénombrés tous!

Dites, vous ne pensez pas qu’il est un peu parano, vous?

(Notez qu’il ne téléphone jamais à la gendarmerie quand il y a des coups de feu nocturnes à Merle!)

Bon, revenons à nos crimes. Comprenez que, sans sa borne, il ne retrouve plus l’entrée de son bunker. Des fois que ses 44 lampes seraient éteintes. Et, sans sa ficelle, il ne sait plus de quoi il est propriétaire.

C’est que, à ce jour, la ficelle toute neuve, est électrifiée. Si-si par la batterie de sa fourgonnette.

– Ca suffit les rires moqueurs dans le fond de la salle!

Dites, un ingénieur de son calibre, ça vous électrifierait sa lune (et le trou qui va avec!)

Quoi? – Parano? – Mais pourquoi vous pensez ça?

La gendarmerie est venue. La population, de Granzial à Pourcharesse, fut interrogée. Rien, personne n’a avoué avoir détruit les biens du maire. Personne. Et pour cause…

Personne n’a dit non plus que le maire, un peu bourré «comme d’hab», a lui-même endommagé sa borne en rentrant chez lui. Vérifiez un peu les dégâts à ses voitures!

Quant à sa ficelle… voilà bien 3 ans qu’elle trainait sur le sol (chevaux, sangliers, vents-zé-tempêtes, burles se sont associés pour attaquer les biens de notre Führer, les salauds).

Mais que voulez-vous:

Bertola alcoolisé, Bertola parano, Bertola le chiard vit dans une peur perpétuelle.

Il est persuadé que chacun lui veut du mal. Il se sent et se croit attaqué. Il crie «aux loups» à toute occasion.

Il nous lasse!

Et les policiers appelés doivent écrire leur rapport, donc se déplacer, donc taper aux portes, donc ennuyer la populace. Ceci parce que notre maire, bourré, ne se souvient plus avoir griffé sa bagnole en rentrant chez lui. (N’a même pas remarqué avoir touché sa borne!)

Dites, ça frôle le harcèlement à la fin!!

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Investigations et harcèlements

  1. l'esthète dit :

    Il faudrait qu’il y ait une loi, qui interdise de polluer le paysage, avec ce genre d’objets… Qu’a-t-on besoin de ces « phallus » disgracieux sur nos jolies petites routes de montagne ?

  2. hi-hi dit :

    Oui il faudra les interdire, ces phallus. Mais nous comprenons que notre maire, n’ayant rien dans son froc, se sente obligé d’exhiber ce qu’il à trouvé de mieux pour montrer sa force!

  3. lecteur en manque dit :

    Ton absence fut bien longue. Dompnac sans sa Chronique, c’est pas pareil. Il manque les épices.

    Ah oui! à propos des méfaits aux propriétés (luxueuses) du maire, on entend dire que c’est le fourgon blindé du huissier qui venait récolter les dettes que notre procédurier de maire doit au tribunal. Le fourgon, trop chargé, s’est coincé en repartant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*